Et toujours les Forêts

Auteur : Sandrine Collette
Editeur : Lgf

Corentin, personne n'en voulait. De foyer en foyer, son enfance est une errance. Jusqu'au jour où sa mère l'abandonne à Augustine, l'une des vieilles du hameau. Au creux de la vallée des Forêts, ce territoire hostile où habite l'aïeule, une vie recommence.
À la grande ville où le propulsent ses études, Corentin plonge sans retenue dans les lumières et la fête permanente. Autour de lui, le monde brûle. La chaleur n'en finit pas d'assécher la terre. Les ruisseaux de son enfance ont tari depuis longtemps. Quelque chose se prépare.
La nuit où tout implose, Corentin survit miraculeusement, caché au fond des catacombes. Revenu à la surface dans un univers dévasté, il est seul. Guidé par l'espoir insensé de retrouver la vieille Augustine, Corentin prend le long chemin des Forêts. Une quête éperdue, arrachée à ses entrailles, avec pour obsession la renaissance d'un monde désert, et la certitude que rien ne s'arrête jamais complètement.

Prix du livre France Bleu-Page des libraires 2020. Prix de la Closerie des lilas 2020.

7,90 €
Parution : Janvier 2021
Format: Poche
384 pages
ISBN : 978-2-2532-4192-8
Fiche consultée 25 fois

La presse en parle

Tout est juste et sans concession, des sentiments complexes de l'être humain aux exigences de la nature en passant par l'incroyable instinct de survie. Sandrine Collette signe un opéra grandiose.
L'Express


Ni lieu de perdition, ni réserve de nourriture, la forêt forme ici l'écrin du conte, un bout du monde. C'est là où grandit Corentin, auprès d'Augustine, une arrière-grand-mère bourrue, "au nez un peu crochu" [...]
La romancière livre un conte de fin du monde.
Mais où l'espoir, toujours, subsiste.
Le Monde


À mi-chemin entre La Route de Cormac Mc Carthy [...],
et En un monde parfait de Laura Kasischke, Sandrine Collette réussit une très belle œuvre et trouve l'équilibre entre l'effroyable et le beau,
faisant pousser la poésie au milieu de la poussière.
Elle

Extrait

Les vieilles l’avaient dit, elles qui voyaient tout : une vie qui commençait comme ça, ça ne pouvait rien donner de bon.
Les vieilles ignoraient alors à quel point elles avaient raison, et ce que cette petite existence qui s’était mise à pousser là où on n’en voulait pas connaîtrait de malheur et de désastre. Bien au-delà d’elle-même : ce serait le monde qui chavirerait. Mais cela, personne ne le savait encore.
À cet instant, c’était impossible à deviner.
À cet instant, ce n’était que rumeurs de vieilles femmes, et seuls le lendemain et le surlendemain leur importaient, et le qu’en-dira-t-on, parce que le village bruissait, palpitait, causait sans relâche. Elles, parce qu’elles avaient senti le vent mauvais, elles avaient décidé de fermer leurs oreilles, fermer leur bouche enfin, comme si cela pouvait suffire. Ce n’étaient, au fond, que de très petits soucis, qui ne méritaient pas qu’on en fasse de longs bavardages.
d’ailleurs, au moment où le grand chaos, le vrai, arriverait, les vieilles ne s’y trouveraient sans doute plus pour en parler.
Mais en attendant, elle, elle était là.
Elle s’était accrochée au fond des entrailles de Marie. Comme on dit des bêtes à la campagne, vaches ou brebis ou juments, elle avait pris. Par hasard peut-être, par malchance sûrement, enfin voilà, à présent, il faudrait faire avec.
Marie ne savait même pas d’où elle venait. Cette petite existence maudite.

Informations sur le livre