Le Livre des hommes

Auteur : Nano Shabtai
Editeur : Actes Sud
Sélection Rue des Livres
En deux mots...

Sous la série de polaroids au comique douloureux se dessinent à la fois une image sans concession de la société israélienne contemporaine et un autoportrait lucide et mordant. Un premier roman d’auto(éros)analyse vif, drôle, tendu.

Traduction : Rosie Pinhas-Delpuech
21,50 €
Parution : Février 2021
202 pages
ISBN : 978-2-3301-4423-4
Fiche consultée 81 fois

Présentation de l'éditeur

“Les hommes sont des humains. Les humains sont une variété d’animaux, mais on dit qu’ils sont plus évolués. À vrai dire, les hommes sont parfois très poilus, mais jamais autant que les chiens.”
Ainsi commence l’exploration comique et poético-porno de la narratrice qui se déclare conteuse et compteuse d’hommes, de sa tendre adolescence, premières griseries des sens, jusqu’à la recherche éperdue de la jouissance et la terrible solitude du sexe.
Dans une série de brefs chapitres, entre farce dont elle est le dindon et auto-dérision de survie, elle visite l’inventaire de ses aventures, de ses déceptions. Un pompiste cracheur de feu, un employé de banque obèse, une lesbienne londonienne, faux poètes et vraies vedettes des médias, tous défi lent dans les draps de cette Bridget Jones trash, qui porte un regard doux-amer sur nos dérisoires espoirs, notre incorrigible quête de l’impossible Amour. Un livre drôle, courageux, insolent, où les genres sont renvoyés dos à dos, faute de pouvoir se regarder en face.

La presse en parle

Récit des amours d’une jeune habitante de Tel Aviv, Le Livre des hommes est bien un texte de désespérance. La quarantaine de brefs chapitres, dédiés chacun à un amant, égrènent, avec crudité, drôlerie ou autodérision, aventures fugaces et passions ravageuses d’une femme à laquelle toute plénitude semble interdite. Une femme libre et libertaire, licencieuse, désirante, sensuelle, jamais vulgaire et toujours tourmentée.
Le Monde des livres

Extrait

Les hommes sont des humains. Les humains sont une variété d’animaux, mais on dit qu’ils sont plus évolués. À vrai dire, les hommes sont parfois très poilus, mais jamais autant que les chiens. D’ailleurs les chiens ne s’habillent pas, sauf peut-être les caniches. De plus, les humains ont des noms. Les animaux n’en ont pas. Il existe des chiens avec des noms : Billy, Pluto, Rexy, etc. Mais qui a donné des noms aux chiens ? Les humains, bien sûr. Sept ans de la vie d’un chien valent un an d’une vie humaine. Pour les chats, je crois que c’est huit. Une femme m’a dit que pour elle, sept ans d’une vie d’homme valent un an d’une vie de femme. Ce qui veut dire que si elle rencontre un homme de trente-cinq ans, par exemple, en fait il n’a que cinq ans. Et s’il a quarante-deux ans, ça veut dire qu’il a déjà six ans. Et ainsi de suite. Mais je pense qu’elle se trompe. Ce n’est pas vrai. Les hommes ont aussi des professions. Les animaux n’en ont pas. Avez-vous jamais rencontré une oie qui se dit pharmacienne ? Non. Mais un homme, oui. Un homme peut être pharmacien. Sur l’ordinateur, il y a un site destiné à des rencontres entre des hommes mâles et des femmes femelles. Et à côté de chaque photo d’homme, il y a son métier : par exemple, pharmacien. Ou avocat. Ou officier funéraire. Et même, écrivain. Toute chose qui fait gagner de l’argent. Et on indique aussi le nom de l’homme, ou un nom qu’il s’invente, par exemple : “Hayim 2000”, ou “Avi Alpha-Mail”, ou “Franz Kafka”, “Robert Walser”. Il y a aussi des photos où les hommes sont représentés dans toute sorte d’activités : par exemple, ils se promènent dans la nature et allument un feu. Par exemple, sur la terre ferme, au sommet d’une montagne dans le désert, ou bien en mer, et même sous l’eau, et alors on voit l’homme en tenue spéciale, avec des lunettes et une combinaison noire moulante qui colle les poils et souligne son organe de reproduction, parfois il y a même des bandes fluos sur les côtés, peut-être pour éloigner d’autres animaux ou attirer des femelles, je ne sais pas trop. Parfois aussi, ils posent à côté d’un autre animal, par exemple un lion ou un éléphant. J’ai même vu un homme qui pilotait un petit hélicoptère. Il portait un casque et des lunettes spéciales. Et j’ai rencontré un homme qui avait tué un autre homme. Mais d’une autre meute que la sienne. On peut aussi parler avec eux. Ils savent des langues, et pas seulement l’hébreu. Pas seulement la langue maternelle. Les hommes sont des êtres humains.

Informations sur le livre