Sur un mauvais adieu

Auteur : Michael Connelly
Editeur : Calmann-Lévy
Sélection Rue des Livres

À présent inspecteur de réserve au San Fernando Police Department, Harry Bosch est un jour contacté par Whitney Vance, un magnat de l’industrie aéronautique qui, sentant sa mort prochaine, voudrait savoir s’il n’a pas un héritier auquel léguer sa fortune. Dans sa jeunesse, le vieil homme est tombé amoureux d’une Mexicaine prénommée Vibiana, mais l’a quittée sous la pression de sa famille. Aurait-elle eu un enfant de lui ? Cette question n’étant pas du goût de son conseil d’administration et de quelques autres requins avides de se partager le gâteau, Bosch se retrouve immédiatement en danger. Pour corser le tout, au commissariat où il travaille, ses collègues recherchent plutôt maladroitement un violeur en série au mode opératoire particulièrement redoutable. Et c’est Harry Bosch qu’on appelle pour résoudre l’affaire.
Entre la traque du violeur et la quête éminemment périlleuse d’un possible héritier dont personne ne veut, Bosch est mis à rude épreuve, d’autant plus qu’il se retrouve confronté à un passé qui le plonge à nouveau dans de graves angoisses existentielles.

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Robert Pépin
21,90 €
Parution : Mars 2018
450 pages
ISBN : 978-2-7021-5652-0
Fiche consultée 62 fois

La presse en parle

On pensait tout connaître de Harry Bosch, inspecteur solitaire et taciturne inventé par l’Américain Michael Connelly en 1992 avec Les Egouts de Los Angeles (Seuil, 1993). On s’était même un peu lassé des enquêtes de cet ancien combattant de la guerre du Vietnam après des romans poussifs comme A genoux (Seuil, 2008) et Les Neuf Dragons (Seuil, 2011). Puis Connelly s’est repris. Sur un mauvais adieu prolonge cette embellie. Dans ce dix-neuvième opus, Harry Bosch, officiellement à la retraite du LAPD, donne un coup de main à la police de San Fernando, qui a perdu une part de ses effectifs depuis le krach financier de 2008. En parallèle, il accepte la mission d’un riche industriel : retrouver un héritier qu’il n’a jamais reconnu, afin de lui léguer sa fortune. Malheureusement pour Bosch, San Fernando est en état d’alerte : un violeur y sévit et terrorise les femmes.

Plus lent que d’habitude, Sur un mauvais adieu ne vaut pas tant pour ses intrigues, captivantes mais somme toute assez classiques, que pour les références littéraires qui s’y nichent – notamment au Grand Sommeil, de Chandler – et pour la mise en abyme intertextuelle qu’opère Michael Connelly, avec des rappels aux précédentes enquêtes d’Harry Bosch. L’ancien chroniqueur judiciaire poursuit sa fresque impressionniste de Los Angeles et de sa périphérie. Cette fois, il radiographie les névroses des villes de banlieue, majoritairement hispanophones, où la population nourrit un sentiment de relégation et d’abandon par rapport à la grande voisine qui l’encercle.
A. B., Le Monde