Les lettres qui ont changé le monde

Auteur : Simon Sebag Montefiore
Editeur : Calmann-Lévy
Sélection Rue des Livres

En une centaine de lettres poétiques, scandaleuses, inspirantes, drôles, érotiques ou déchirantes, signées de personnages illustres de l’Égypte antique à nos jours, Simon Sebag Montefiore, émérite historien britannique, nous raconte l’histoire du monde et célèbre le pouvoir des mots.

21,50 €
Parution : Septembre 2021
368 pages
ISBN : 978-2-7021-6887-5
Fiche consultée 31 fois

Extrait

Henri VIII à Anne Boleyn, mai 1528

Voici l’une des lettres d’amour qui ont changé l’histoire. Henri était le deuxième fils d’Henri VII, qui avait conquis le trône pour y installer la jeune dynastie Tudor en 1485. Henri n’était devenu roi qu’en 1509, après la mort du prince Arthur, son frère aîné. Arthur laissait derrière lui une jeune veuve, Catherine d’Aragon, issue de la royauté espagnole. En accédant au pouvoir, Henri avait subitement décidé d’épouser Catherine. Vingt ans de mariage plus tard, il a désespérément besoin d’un héritier mâle. Seule l’une de ses filles, Marie, a survécu à l’enfance. Après une liaison avec une jeune courtisane nommée Mary Boleyn, son attention s’est portée sur la sœur de celle-ci, Anne, dame d’honneur de la reine. Elle a onze ans de moins que lui. En 1528, Henri en est éperdument amoureux, même s’il est peu probable que leur relation ait déjà été consommée. Il lui fait une cour passionnée à laquelle elle résiste encore. Sa chasteté alliée à sa sophistication, ses ambitions de mariage là où sa sœur s’était laissé séduire, ses manières froides et hautaines, tout cela ne fait qu’ajouter à la ferveur du roi. Le caractère d’Anne pousse Henri à douter de son amour pour lui – « là est en tout cas mon sentiment, et le vôtre aussi, je l’espère » – et il nourrira plus tard une amère rancœur envers ses machinations, jusqu’à prendre sur elle une terrible revanche.
L’amour d’Henri coïncidait avec sa conviction que son union avec Catherine était incestueuse, le courroux divin se manifestant par l’absence d’un fils. Il avait ordonné à ses émissaires d’obtenir auprès du pape l’annulation de son mariage. Mais l’Église catholique ne soutiendra pas le roi dans sa Grande Affaire, ce qui conduira au schisme décisif avec Rome et à l’établissement de l’Église d’Angleterre, permettant ainsi à Henri d’épouser Anne en 1532. Anne lui donna une fille – la future Élisabeth Ire – mais pas de fils. Henri se retourna contre elle et elle fut exécutée en 1536.
Ma maîtresse, mon amie : moi et mon cœur sommes entre vos mains. Entendez nos supplications, accordez à ces soupirants votre faveur, et ne laissez pas votre affection s’étioler du fait de la distance qui nous sépare. Il serait bien cruel d’ajouter à leurs tourments quand l’absence les torture déjà bien assez, en nous rappelant plus que jamais cette loi astronomique : plus le soleil s’éloigne et plus les jours sont longs – mais ils n’en sont aussi que plus brûlants ! Ainsi en va-t-il de notre amour, car malgré notre éloignement, il conserve néanmoins sa ferveur ; tel est en tout cas mon sentiment, et le vôtre aussi, je l’espère ; soyez assurée que la mélancolie causée par cette absence est déjà plus que je ne puis endurer ; et lorsque je songe à l’excès de ce qu’il me faut encore souffrir, cela passerait pour moi les limites du supportable, n’était la solidité de mes espoirs. Et puisque je ne peux être moi-même à vos côtés, je vous envoie le meilleur des substituts à ma disposition, par quoi j’entends un bracelet orné de mon image, en sus de ce que vous saviez déjà. Comme je souhaiterais, quand il vous plairait, prendre leur place ! Ceci, de la main de

Votre loyal servant et ami,
H. Rex

Informations sur le livre