La porte interdite

Auteur : Dean Koontz
Editeur : Archipel
En deux mots...

Le fils de Jane Hawk en danger ! Elle était l'une des meilleures agentes du FBI. Elle est aujourd'hui la fugitive la plus recherchée des États-Unis.

Traduction : Sebastian Danchin
22,00 €
Parution : Février 2021
500 pages
ISBN : 978-2-8098-4044-5
Fiche consultée 158 fois

Présentation de l'éditeur

« Je viendrai vous chercher. Rien ne m’arrêtera ! »

Jane Hawk, que la presse a surnommée le « Beau Monstre », vient d’être inculpée pour espionnage, trahison et meurtres. Autant de crimes dont elle est innocente…

L’organisation secrète aux nombreuses ramifications qu’elle combat a décidé de resserrer son étau. Mais Jane, qui se rapproche du cerveau du complot, contre-attaque. Ses ennemis vont bientôt apprendre le sens du mot « peur ».

Leur riposte ne se fait pas attendre. De nouvelles menaces se dressent devant elle. Objectif : la neutraliser. Et Travis, son fils âgé de cinq ans, est enlevé.

S’engage alors un combat sans merci entre Jane et l’organisation secrète, qui redoute que la porte interdite soit franchie…

Extrait

La brise avait pris la forme d’un long soupir, d’une respiration qui caressait les collines du Texas avec une tristesse inhérente à la Nature elle-même.
Ils avaient voulu profiter de la lumière de cette fin d’après-midi, sachant que leur maison était surveillée, que la moindre parole prononcée entre ses quatre murs était surprise en temps réel par des oreilles indiscrètes.
La véranda, la grange et les écuries n’étaient pas plus sûres, et chaque fois qu’ils souhaitaient avoir entre eux une discussion sérieuse, il leur fallait se réfugier sur les fauteuils de jardin, à l’abri de l’énorme chêne, face aux prairies qui déroulaient leur immensité à l’infini.
Confortablement installés l’un à côté de l’autre alors que ce dimanche tirait à sa fin, un martini à la main pour elle et un verre de whisky Macallan avec des glaçons pour lui, Clare et Ancel Hawk se préparaient à affronter l’émission de télévision annoncée ce soir-là. Ils n’avaient aucune envie de la regarder, mais ils n’avaient guère le choix, sachant qu’elle risquait de bouleverser à jamais leur existence.
— Ils prétendent que ça fera l’effet d’une bombe, déclara Clare. De quoi peut-il s’agir, à ton avis ?
— Tu sais bien comment ça marche à la télé, répondit Ancel. À les entendre, la moindre nouvelle est censée ébranler la planète. Il faut bien qu’ils vendent de la lessive.
Le vieil homme observait le ballet des herbes sauvages sous l’immensité du ciel, comme s’il ne devait jamais s’en lasser. Solidement charpenté, un visage buriné et des mains marquées par le travail, il donnait l’impression d’avoir un cœur de pierre. Sa femme, qui l’observait, savait que derrière cette apparence rude se dissimulait un être d’une tendresse insoupçonnée.
En trente-quatre ans de mariage, ils avaient traversé leur lot de tempêtes et savouré bien des victoires. À ce stade de leur vie commune, pourtant, et jusqu’à ce que la mort les sépare, seul comptait dans leur existence celui qui leur avait apporté à la fois bonheur et chagrin: leur fils Nick, mort à l’âge de trente-deux ans au mois de novembre précédent.
— À mon avis, ça va bien au-delà d’une volonté de vendre de la lessive, répliqua Clare. Ils cherchent à remuer le couteau dans la plaie.
Ancel tendit la main gauche en direction de sa femme qui la serra entre ses doigts.
— Nous avons envisagé toutes les possibilités, Clare. Quoi qu’il advienne, nous sommes prêts.
— Je ne suis pas du tout prête à perdre Jane. Et je ne le serai jamais.
— Ne t’inquiète pas. Ces gens sont puissants, mais je parierais sur elle en toutes circonstances.
Alors que le ciel couleur jean délavé s’assombrissait, le vent se leva en faisant murmurer les feuilles du chêne au-dessus d’eux.
La bru du couple, Jane Hawk, qu’ils aimaient comme leur propre fille, venait d’être inculpée pour espionnage, trahison et meurtres, autant de crimes dont elle était innocente. Dimanche Magazine, l’émission de reportage d’une heure qui consacrait rarement plus de dix minutes à quelqu’un, qu’il soit chef d’État ou pop star, serait intégralement dédiée ce soir-là à Jane, la criminelle la plus recherchée des États-Unis, surnommée « le Beau Monstre » par la presse populaire.

Informations sur le livre