Crac

Crac

Auteur : Jean Rolin
Editeur : Pol

« Entre Lawrence et moi, il y a au moins ceci de commun qu'à un peu plus d'un demi-siècle de distance, nous avons passé l'un et l'autre une partie de notre enfance à Dinard. » Et Jean Rolin s'attache, dans ce nouveau livre, à partager un petit plus encore avec celui que l'on a appelé Lawrence d'Arabie... En partant sur ses traces, aujourd'hui, au Moyen Orient. En 1909, l'année de son vingt et unième anniversaire, T. E. Lawrence, qui n'est pas encore « d' Arabie », entreprend en plein été une marche de près de 1800 kilomètres, au Moyen-Orient, afin de visiter quelque trente-cinq châteaux-forts datant de l'époque des Croisades. Lors des trois étés précédents, il a parcouru la France à bicyclette, visitant presque tout ce que ce pays compte de châteaux-forts afin d'étayer sa thèse de fin d'études à Oxford, consacrée à « L'influence des Croisades sur l'architecture mili- taire en Europe ». Crac est le récit d'un voyage effectué en 2017/2018, au Moyen-Orient, sur les traces de Lawrence, et guidé par les lettres de celui-ci, avec une insistance particulière sur ceux des châteaux de la région, tel Beaufort dans le sud du Liban, ou en Syrie le Crac des chevaliers (ou Krak), ou le château de Saône/Saladin, ou encore la forteresse de Kerak en Jordanie, auxquels des conflits récents ont conféré un regain d'actua- lité. Mais avec ce récit Jean Rolin fait bien plus que mettre ses pas dans ceux de Lawrence d'Arabie, il nous confronte subtilement aux errements de notre histoire, et à ses propres mésaventures...« Ainsi avais-je couru, pour finir, en Mercedes et sous la conduite de Charbel, après un château que Lawrence lui-même n'avait pas vu. »

18,00 €
Parution : Janvier 2019
ISBN : 978-2-8180-4356-1
Fiche consultée 38 fois

La presse en parle

Crac ressemble à une suite du ­Traquet kurde (P.O.L, 2018), le précédent ouvrage de Jean Rolin, qui se mettait sur les traces d’un oiseau du même nom aperçu du côté du puy de Dôme, en mai 2015. On y croise presque autant de piafs, et un figurant du Traquet kurde, T. E. Lawrence (1888-1935), a été promu au rang de personnage central. Jean Rolin, ici, met ses pas dans ceux du futur Lawrence ­d’Arabie qui, à 21 ans, se lança, en plein été, dans une marche de presque 1 800 kilomètres à travers le Moyen-Orient pour visiter les châteaux médiévaux, sujet de sa thèse de fin d’études. S’appuyant sur la correspondance de Law­rence, un peu comme celui-ci se fiait à son guide Baedeker, l’écrivain arpente, en 2017 et 2018, une région qui cesse rarement, depuis une quarantaine d’années, d’être le théâtre de conflits, ainsi qu’en témoignent les châteaux de Beaufort, au Liban, ou, en Syrie, le Crac des chevaliers. Reportage sur les lieux autant que dans les textes, Crac poursuit la méditation de Jean Rolin autour de la place des guerres dans l’histoire, et sur l’impermanence du monde, sans se départir de son sens de l’autodérision ni de la beauté proustienne de ses phrases.
Raphaëlle Leyris, Le Monde des Livres