De si bons amis

De si bons amis

Auteur : Joyce Maynard
Editeur : Philippe Rey

Quand Ava et Swift Havilland, couple de philanthropes fortunés, décident de prendre Helen McCabe sous leur aile, celle-ci est au plus bas. À quarante ans, elle a récemment perdu la garde de son fils Oliver, huit ans, et partage sa semaine entre rencontres aux Alcooliques Anonymes, petits boulots pour un traiteur, et soirées à faire défiler sur son écran les profils d'hommes célibataires de sa région. S'étant réfugiée depuis son enfance derrière des récits de vies fantasmées - un jour orpheline, le lendemain petite-fille d'Audrey Hepburn -, elle trouve auprès des Havilland ce qu'elle a toujours recherché : se sentir unique.
Couverte de cadeaux et d'attentions, Helen n'a jamais été autant choyée. Vulnérable, impressionnable, elle tombe rapidement sous l'influence du couple, les laissant régir jusqu'à sa vie intime et amoureuse, tandis qu'ils lui promettent la seule chose qui compte à ses yeux : récupérer la garde à temps plein de son fils. Mais lorsque Oliver, témoin d'un accident impliquant Swift, est accusé par ce dernier d'en être à l'origine, Helen se retrouve confrontée à un grave conflit de loyauté. Jusqu'où est-elle prête à aller pour garder la confiance des Havilland ?
Dans un style fluide et percutant, Joyce Maynard offre un roman saisissant sur l'amitié, la trahison et l'amour maternel. Remarquablement construit, De si bons amis est le récit d'un drame inévitable, qui nous tient en haleine du début à la fin.

22,00 €
Parution : Janvier 2019
333 pages
ISBN : 978-2-8487-6712-3
Fiche consultée 23 fois

La presse en parle

Après Long week-end, Les Filles de l'ouragan ou Les Règles d'Usage, Joyce Maynard excelle de nouveau à brosser un très poignant portrait de femme. Sa narratrice se révèle aussi vulnérable qu'attachante, lestée d'une enfance sacrifiée, tiraillée entre un furieux besoin de reconnaissance et son libre arbitre. Enrôlée, enjôlée, puis libérée, Helen revient avec lucidité sur une année passée auprès de ce couple "magique" à la forte personnalité, au train de vie dispendieux, aux extravagances fascinantes, aux mensonges manifestes. Malgré un style sans grand relief, la romancière orchestre habilement la montée en puissance d'une amitié toxique. Elle sait exprimer une sensibilité aiguë, introduire des seconds rôles consistants. Le conte de fées va tourner au cauchemar, le scénario au polar. On s'y laisse prendre, très volontiers.
Delphine Peras, l'Express